Accueil > En cours > Que faire 2021 (Ou : Comment j’ai appris à aimer la Catastrophe et ne plus m’en faire)

Que faire 2021 (Ou : Comment j’ai appris à aimer la Catastrophe et ne plus m’en faire)

En ces temps de catastrophes, on a terriblement besoin de Catastrophe.

Catastrophe est un groupe qui chante, qui joue, qui écrit, qui parle, qui danse. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont doués, ils sont énergiques, ils sont funky, ils ont forcément un sacré paquet d’ennemis. Heureusement que, comme le dit mon camarade JPB, Ils ont tout de même deux gros défauts, ils sont blancs et ils sont français.

Dès 2016, au moment de leur émergence, ils ont publié dans Libé un manifeste fulgurant qui reposait cette question de tout temps lancinante, Que faire. Lénine se la posait en 1902, oh c’était fastoche pour lui, pépouze le Lénine, alors tout restait à faire, Lénine n’arrivait pas après tout le monde, il ne vivait pas dans le dérèglement climatique, la sixième extinction de masse, la crise, la dette, la ruine, le cynisme, le monde épuisé, la vie empoisonnée, les ogives nucléaires, les pandémies, la guerre libérale et solitaire de tous contre tous, le nouvel âge d’or du populisme et de l’obscurantisme, les fake news, les réseaux sociaux, l’angoisse et la désabusion, le survivalisme et la collapsologie, la fatalité sous tous ses vilains masques. Catastrophe répond à la question pour sa génération, et c’est sensiblement plus difficile, avec brio, avec poésie, avec groove. Avec gravité et avec danse. Des deuils qui dansent comme ils disent superbement dans la chanson Maintenant ou jamais. La conclusion de leur manifeste (mais lisez-le plutôt en entier) : Le monde est une pâte à modeler, pas cette masse inerte et triste pour laquelle il passe. Des futurs multicolores nous attendent. N’ayez pas peur, il n’y a plus rien à perdre.

Que faire ? La réponse était dans la question et nous crevait les yeux : faire.

Catastrophe aligne depuis cinq ans chansons, concerts et clips, ceux-ci parfois un peu trop glacés, souvent chauds comme la braise. De la bonne transpi, de la bonne vibration. Parmi eux j’aime particulièrement Nuggets (2018), qui vous poigne comme le ferait un dispositif de Sophie Calle. Au fond Catastrophe appartient à l’art contemporain.

En 2021, ils sortent leur second album, Gong. Comme tout le monde privés de scène, ils ne peuvent le présenter en public. Alors ils le présentent en privé mais à portée de tous : c’est leur formidable Release Party, en streaming sur Arte. La légende prétend que le tournage a eu lieu dans les sous-sols du siège du parti communiste, place du Colonel Fabien (architecte : Oscar Niemeyer). Vous ferez ce que vous voudrez de cette presque-information, ce symbole d’un confinement dans le bunker d’un grand soir qui n’a pas eu lieu. Ce qui ne fait aucun doute, c’est qu’il y a là de quoi aimer les catastrophes, de quoi aimer 2021 et surtout de quoi aimer passionnément la jeunesse sacrifiée de 2021. Allez-y, les filles et les gars ! Vous êtes beaux, vous êtes intelligents, vous êtes doués, vous êtes énergiques, vous êtes funky et vous n’avez pas que des ennemis.

Bonus – Le numéro 337 daté du 10 mars 2021 de l’excellent journal-poster « Le 1 » titré Jeunesse : A quand les jours heureux ?, contient un texte de Blandine Rinkel, celle-là même qui chante au milieu de la Catastrophe. Ce texte, intitulé Un animal dans le ventre, débute par « J’aurai bientôt 30 ans et je n’aurai jamais eu 29 ans » . Combien de jeunes gens se reconnaîtront dans ce calcul terrible ? Deux autres phrases prélevées : « Nous devenons des petits vieux à qui on parle comme à des enfants. (…) Mais le temps n’est peut-être pas si linéaire qu’on le croit. » La suite est à lire ici.

  1. Christophe Sacchettini
    13/03/2021 à 00:18 | #1

    Ayant eu le privilège de me produire moi-même à l’Espace Niemeyer (en 2015 avec Natacha Ezdra, dvd accessible ici : https://mustradem.com/boutique/fr/dvd/156-natacha-ezdra-chante-jean-ferrat-un-jour-futur-.html), je confirme avoir bien cru reconnaître les couloirs circulaires de cet étonnant espace bétonné…Privilège que je partage d’ailleurs avec Benoît Poelvoorde pour le désopilant « Au poste  » de l’extra-terrestre Quentin Dupieux, et j’en suis pas plus fier pour ça.

  2. 13/03/2021 à 09:55 | #2

    Je viens de consulter Wikipedia qui énumère les œuvres tournées là. La liste est longue, entre les clips et les films de SF :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_du_Parti_communiste_fran%C3%A7ais#%C5%92uvres_utilisant_l'architecture_comme_d%C3%A9cor

    … et j’ai ajouté « Un jour futur » pour faire bonne mesure ! Ce n’est pas rien, de mentionner que le camarade Ferrat résonne encore dans les entrailles de cet endroit.

  1. Pas encore de trackbacks

*