Accueil > En cours > Ça durera pas 107 %

Ça durera pas 107 %

Illustration ci-dessus : expérience de message subliminal rétroactif, Ainsi parlait Nanabozo, Fabrice Vigne, éd. Thierry-Magnier, 2021, p. 267.

Bingo ! L’œuf vert est fissuré ! L’oiseau (ou le dinosaure ?) est prêt à surgir !

La barre des 100% de la campagne Ulule a été franchie en trombe avant-hier ! Le compteur affiche même 107, oh comme ce nombre magique entre tous flatte l’œil et ravit le cœur… L’objectif symbolique 100% franchi, nous voici assurés de produire notre livre-DVD dans des conditions un peu plus sereines. Est-ce une raison pour s’en tenir là ? Certainement pas. Mesdames et messieurs, il n’est pas trop tard pour voler au secours du succès ! Il vous reste dix jours pour contribuer, encore étoffer la collecte et ainsi faire en sorte que nos conditions passent de un peu plus sereines à carrément détendues, puis à super confortables, voire, rêvons un peu, à scandaleusement luxueuses.

Allez, vous avez bien mérité un peu de démagogie : « Merci infiniment, les chéris ! Vous êtes formidables ! Vous êtes le meilleur public du monde ! Nous ne serions rien sans vous ! On vous aime très fort ! Gros bisous ! » (Peut-on être à la fois démago et sincère ? Ben oui, la preuve.)

Comme promis, ce seuil pulvérisé signifie que nous offrons à tous les souscripteurs du livre (sauf ceux de la version numérique, bien entendu) le marque-page exclusif que nous réservions jusqu’à présent aux seuls souscripteurs de la version deluxe. Par un effet domino, nous enrichissons le panier deluxe d’un nouveau bonus, une carte postale supplémentaire ornée d’un dessin de Capucine. En outre, parmi les autres bonus, les ululeurs deluxe auront la chance de recevoir un poème inédit de Victor Hugo que nous avons retrouvé par hasard dans un vide-grenier (histoire rocambolesque que je vous raconterai peut-être un jour), un poème intitulé L’Année Terrible de la Confine, scoop littéraire pratiquement authentique.

Mais d’ores et déjà les bonus gratuits et les avant-premières tombent sur vous comme à Gravelotte. Voici le poème frais du jour pondu par Marie, Le Corbeau et le Renard de Jean de la Fontine :

 Maître Corbeau, sur un arbre persan
 Tenait en son bec un tajine
 Maître Renard, en plein confinement 
 Lui chantonna cette comptine
 Et bonjour, Monsieur du Corban
 Que vous êtes joli ! Vous chantez Nuit de Chine ?
 Sans mentir, si votre doux chant 
 Se rapporte à votre confine
 Vous êtes le Phénix de ce confinement 
 À ces mots, le Corbeau se sert une bibine 
 Et pour sortir de la confine
 Il ouvre un large bec, et laisse tomber cent francs 
 Le Renard s’en saisit, et dit : Mon corbeau blanc
 Pour notre financement 
 Parlez-en demain à votre copine !
 Ces cent francs valent bien un savon tout blanc !
 Le Corbeau en parle à l’hermine
 Qui donne également environ six-cent francs.

De son côté, Franck « Clip-Clap » Argentier continue à une cadence infernale de produire des vidéos dont aucune ne ressemble à une autre… Aujourd’hui en ligne, l’épisode 22 aborde la foi et la spiritualité en temps de confine, et nous avons par conséquent traité ces couplets en chant grégorien.
Car qui sera jamais plus confiné qu’un moine, hein ?
(Réponse : deux moines. Qui chantent pour passer le temps.)
Starring, en direct de l’abbaye Notre-Dame-de-Saint-Corona : frère Franck, frère Fabrice et la mère supérieure Marie-Confine.

Et puis surtout… Chose compromise, chose drue ! Nous dévoilons enfin la couverture, et même, car on n’est pas chiche, la quat’ de couve, de notre bel ouvrage. Création graphique : Annette Mary.

Portez-vous bien jusqu’au prochain bilan d’étape, qui comprendra l’épisode 23 du feuilleton Youtube…

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

*